Ils aiment la campagne !

Ils font partie des 307 kissbankers qui ont soutenu la campagne lancée par Village pour créer son nouveau site Internet.

Ils témoignent de leur attachement à Village et à la campagne.

ALAIN (ET MARIETTE), VISCOMTAT, PUY-DE-DÔME

« Une autre planète qui s’appelle la campagne »

En 1998, Alain est conseiller municipal, quand sa commune trouve un successeur à son boulanger grâce à une petite annonce parue dans Village.

 

Depuis 1985, Alain et Mariette, sa compagne, sont apiculteurs (www.lacitedelabeille.fr). Ils proposent au public de nombreuses animations dans leur « cité de l’abeille ».

Les habitants de Viscomtat sont à ses yeux « accueillants et tolérants ». Pour rien au monde, il n’habiterait la ville où la vie lui semble compliquée, chère, effrénée…

Pour Alain, Village apporte sa pierre contre l’exode rural en montrant qu’une vie est possible ailleurs, « sur une autre planète qui s’appelle la campagne ».

 

crédit photo : JL Gorce

MARC, BLANDAS, GARD

« Je m’émerveille chaque jour de ce paysage »

C’est au cœur d’un plateau calcaire, proche du Vigan que Marc, jusqu’à présent « nomade » a posé ses valises.

Aujourd’hui, ses trois gîtes (www.domainelecaussanel.com), où il propose des séjours thématiques autour de l’écologie, sont de vrais havres de paix propices au repos et au dépaysement.

« Je m’émerveille chaque jour de ce paysage. »

Village révèle toute la diversité des campagnes, des parcours de vie et des projets. « À la campagne, il faut souvent se prendre en main et être créatif, pour créer son emploi, des services… Cela crée des relations fortes entre les habitants. »

 

MARIE-CLAIRE, SAINT-GEORGES-DE-REINTEMBAULT, ILLE-ET-VILAINE

« La campagne, c’est la liberté, la créativité »

Maire de sa commune, éducatrice sensorielle en alimentation depuis 2009 (www.experigout.fr) et mère de famille, Marie-Claire ne s’ennuie pas. Elle connaît Village et ses fondatrices depuis les débuts, « une folle aventure qui dure ».

Elle qualifie le magazine de léger, optimiste, engagé et ne rate aucun édito de Sylvie Le Calvez.

Dans son hameau breton, ce qu’elle apprécie à la campagne, c’est le calme, les odeurs, les bruits, les couleurs et aussi la liberté, la créativité et la possibilité de s’isoler.

JACQUES, SAINT-PIERRE D’ENTREMONT EN CHARTREUSE, SAVOIE

« Je ne suis pas le seul à avoir franchi le pas »

Quand il s’installe comme fabricant de meubles en 2012 (www.atelier-des-cloitres.fr) dans un hameau en Chartreuse, entouré d’un paysage à couper le souffle, Jacques ne s’attendait pas à un accueil si spontané et chaleureux de ses voisins. Il ne regrette pas son ancien poste de cadre exercé à Grenoble et préfère de loin l’esprit de communauté et de solidarité qui règne là-haut.

Quand il a découvert Village récemment, il s’est senti tout de suite en accord avec sa ligne éditoriale. « J’ai déjà fait mon changement de vie, mais les reportages me montrent que je ne suis pas le seul à avoir franchi le pas. »

 

 

NATHALIE, CORBEL, SAVOIE

De l’auberge de montagne à la cuisine à domicile

La cuisine, c’est sa passion depuis l’âge de 8 ans. C’est pour cela que Nathalie a repris des études de cuisine il y a 12 ans, après avoir été quelques années commerciale. Aujourd’hui, elle mitonne « par amour pour ses clients » de délicieux plats à partir de produits de qualité et locaux, dans son auberge de montagne (www.thimelet.com).

« Dans le magazine, les portraits montrent qu’il faut bien réfléchir son changement de vie et être soutenu, comme je l’ai été, par ses proches. »

Cet automne, elle quitte l’auberge pour enseigner la cuisine à domicile, la place est donc à prendre.

Sa plus grande fierté ? Sa fille, qui suit des études aux métiers de la restauration à l’Institut Bocuse à Lyon.

EDEN, BAGNEAUX, YONNE

« La qualité des relations humaines, l’espace et la nature »

C’est en préparant leur départ de Paris pour la campagne, qu’Eden, graphiste webdesigner (www.edenclairicia.com), et sa compagne, décoratrice d’intérieur, ont découvert Village. « Nous y avons trouvé des conseils et des témoignages utiles pour bien préparer cette transition. »

Cela fait maintenant un an qu’ils ont déménagé dans un village de l’Yonne, situé à un peu plus d’une heure de Paris où ils ont conservé une partie de leur clientèle.

Aujourd’hui, ils sont heureux dans leur nouvelle maison, entourés de voisins dont ils ont rapidement fait connaissance. « Ce que nous apprécions ici, c’est la qualité des relations humaines, les coups demain, et aussi l’espace, la nature. »

Ajouter un commentaire

Tous les commentaire

Posté par HATTON DOminique - Lundi 29 août à 15h52

Bonjour J’aimerais vous faire partager mon expérience de changement d’activité et dont votre magazine est à l’initiative. C’ets en effet en lisant le numéro ou vous développiez les commerces et services itinérant que l’idée à finalement germé dans ma tête. J’étais dessinateur/projeteur dans un grand groupe du BTP et si le salaire était présent ains i que divers avantages, l’enthousiasme et la motivation n’était plus là. Depuis longtemps je rêvais d’allier mes envies de mobilité et de me consacrer aux animaux. L’article donc retraçant l’expérience du « Toutoubus » du côté de Montpellier a été le déclencheur. François le créateur de ce salon de toilettage itinérant montpelierain m’a été d’un grand secours et d’une grande aide. De plus son dynamisme et ses conseils se sont révélé forts utile et je l’en remercie encore. J’ai donc demandé à mon employeur un CIF (congé individuel de formation) et ai financé ma formation de toiletteur par l’intermédiaire du Fongecif. J’ai ensuite cherché et trouvé un véhicule adapté à mon idée, l’ai fait aménager non pas comme un camion aménagé mais comme un salon itinérant, clair et lumineux pour que mes clients entre dans un salon. Apres presque deux ans de démarches, formation et recherche de financement, le projet a vu le jour en Avril 2016 et depuis je parcous les routes du sud gironde pour toiletter chiens et chats … Tout n’est pas simple mais je suis content de ma reconversion qui me fait aller vers les gens du monde rural et dont je me sens proche. Les villages du Sud Gironde ont bien accueillis mon projet et me réserve un bel accueil sur leurs marchés ou sur la place du village. Nos villages girondins n’ont plus de commerce de ce type et sont ravi que des commerces itinérant leurs portent des services. Merci à vous au travers vos articles de faire naitre des initiatives qui sans l’étincelle village serait resté éteinte … Dominique HATTON. Entreprise : Toilettage du Sud Gironde – 33210 LEOGEATS Page facebook : https://www.facebook.com/Toilettage-du-Sud-Gironde-782616625176996/?ref=aymt_homepage_panel Je reste à votre disposition pour de plus amples renseignements sur ma reconversion et mon activité né avec notre magazine et qui m’accompagne depuis plusieurs années. Merci à toute l’équipe. Cordialement

Ajouter un commentaire