Découvrez la Rêv'otheque de Christian Hanser sur www.revotheque.fr

En 2014 j’ai rénové l’ancien fournil du boulanger en plein centre du village de Cormatin, dans le Clunisois. J’y ai créé la première Rêv’othèque d’Europe, un espace culturel pour la décélération, l’art de la sieste et la pause créative. Sur deux étages, les gens s’installent dans des cabanes, tentes suspendues, petits nids et cocons, pour ne rien faire, sinon laisser du temps à son imagination, et cela sans mauvaise conscience. Dans cette bibliothèque des rêves, je vais au fil du temps stocker ce qui fait rêver les gens : saveurs, livres, musiques, souvenirs de voyages, etc. C’est un concept pédagogique intergénérationnel, qui propose une alternative à nos rythmes de vie de plus en plus précipités et marqués par l’immédiateté. Cette Rêv’othèque sera ouverte tous les jours en juillet et en août. Pendant le reste de l’année, elle hébergera des débats et ateliers de l’Université Rurale du Clunisois.
Il y a à peine 6 ans, j’étais dans une vie hyper-accélérée au cœur des grandes villes d’Europe. Mais j’ai compris qu’il fallait changer d’environnement pour vivre avec authenticité.
Si je suis désormais bien implanté dans le Clunisois, c’est à Village que je le dois.
À l’été 2011 j’étais parti de ma Bavière natale, où je proposais déjà mes veillées en roulottes. Destination : la Saône-et-Loire, parce que la mobilisation autour de la culture rurale dans cette région m’a toujours impressionné. En Bavière, on appréciait mes idées, mais pas plus que ça. Il n’y avait pas d’argent public pour animer les villages de cette manière-là. J’étais donc à la recherche d’une terre fertile pour mes idées et je sentais que la manière de vivre des Bourguignons ruraux me correspondait. Mais comment m’intégrer ?
Alors que je planifiais ma visite au festival Chalon dans la rue, je me suis souvenu d’un article que j’avais lu dans Village. Un tout petit article sur le Camion d’alimentation culturelle générale de Jean Bojko, dans le Morvan. J’avais trouvé cette idée géniale et la première tournée avec son camion tombait exactement sur les jours de Chalon dans la rue. En suivant le camion d’un village à l’autre, j’ai fait la connaissance des musiciens de la Fanfarossoir qui, avec Jean Bojko, m’ont ouvert la porte de la scène culturelle bourguignonne.
Aujourd’hui, je sais que votre article a changé ma vie, parce que grâce à lui, j’ai trouvé des personnes qui avaient les mêmes envies et des idées similaires aux miennes.

Christian Hanser, Saône-et-Loire 