À quel prix ?

Entre 50 et 60 euros. C’est le prix moyen de la location d’un âne à la journée chez les adhérents de la FNAR.

De la pointe du doigt, Laurence Aleman tartine le poitrail d’une crème parfumée aux huiles essentielles de géranium, citronnelle et lavande. Puis, elle attrape une brosse qu’elle passe sur le ventre et le dos de l’ânesse. « L’animal aime ça, c’est une façon de prendre contact avec lui. La crème, c’est pour éloigner les mouches. »
Ces gestes, Laurence les pratique presque quotidiennement. Avant chaque randonnée, elle les enseigne aussi à ses clients venus louer un ou plusieurs ânes pour arpenter les Pyrénées ariégeoises. Avec Laurence Rousseau sa belle-sœur et son frère David Huez, la jeune femme élève 66 ânes au sein d’un Gaec familial, dont 35 partent régulièrement en randonnée. « Ils commencent à travailler vers quatre ans et prennent généralement leur retraite autour de 20 à 25 ans », explique-t-elle tout en fixant le bât. À la Ferme aux ânes, les animaux sont à louer toute l’année. Qu’ils partent en randonnée pour une simple journée ou pour de grands périples jusqu’à 2000 mètres d’altitude, Laurence et ses associés prennent le temps de discuter puis de former les futurs meneurs avant qu’ils ne s’aventurent sur les chemins de randonnée.


Le choix de l’itinéraire

« Nous avons un premier échange par mail. Les clients vont choisir leur itinéraire selon deux critères principaux : y a-t-il des enfants ? Et souhaitent-ils un hébergement ? » En gîte ou sous tente, le tracé de la randonnée n’est en effet pas le même. Le choix du camping offre plus de liberté, d’autonomie et d’aventure, mais en optant pour un gîte, les bagages seront nettement plus légers.

Réservé aux abonnés aux formules numérique et intégrale
Vous aimerez aussi...