Sur plusieurs kilomètres, la route longe le camp militaire de La Cavalerie avant de bifurquer vers Montredon. Le joli hameau bâti en pierre calcaire se dresse au milieu du Causse, à une vingtaine de kilomètres de Millau. On y trouve deux fermes, 17 habitants à l’année, trois résidences secondaires, un gîte rural. Le tout est alimenté par un réseau de chaleur utilisant la plaquette forestière produite avec le bois alentour, tandis que 60 m² de panneaux photovoltaïques recouvrent un bâtiment agricole. C’est dans ce petit ensemble que siège la Société Civile des Terres du Larzac (SCTL). Créée en 1985 après l’abandon du projet d’extension du camp militaire, cette dernière compte aujourd’hui 83 sociétaires, 83 résidents et fermiers qui gèrent ensemble les 6 300 hectares achetés par l’État à l’époque du projet d’extension, entre 1971 et 1981. Depuis trente ans, ces Larzaciens portent et soutiennent ensemble les projets agricoles, artisanaux et touristiques de chacun pour que vive leur territoire. « Jusqu’ici notre objectif était de redynamiser le tissu rural et d’installer des paysans. Aujourd’hui, c’est la transition énergétique qui nous anime », avance Chantal Alvergnas, l’une des onze gérantes, depuis le siège de la SCTL. En somme, le Larzac a décidé de produire de l’énergie, en s’appuyant sur deux ressources : le bois et le soleil.
 

Trouver l'événement: 
Montredon 12100 La-Roque-Sainte-Marguerite
Réservé aux abonnés aux formules numérique et intégrale
Vous aimerez aussi...