La bâtisse est plantée dans les champs de maïs, à la sortie  de Saint-Cricq-en-Chalosse. Dix chambres se répartissent sur deux étages le long d’une coursive extérieure ouverte sur la campagne, avec vue sur la piscine. Les propriétaires de cet hôtel trois étoiles accueillent leurs hôtes comme à la maison, en les conviant à l’apéritif. Certainement l’une des clefs du succès de cet établissement qui se distingue par son écolabel européen. 
« Dès le départ nous avons souhaité intégrer à notre projet une dimension environnementale, explique Nancy, et ce label (voir encadré) nous correspondait vraiment. Aux Pays-Bas, on pratique le tri des déchets depuis plus de 20 ans. Les enfants sont sensibilisés dès l’école primaire. »

Une soixantaine de critères

Las de la vie trépidante qu’ils menaient à Amsterdam – Nancy travaillait dans l’événementiel tandis qu’Ywan était commercial – ils découvrent ce coin des Landes lors d’un voyage et décident de se lancer dans un nouveau projet de vie. Les travaux démarrent en 2008. Un an plus tard, l’hôtel sort de terre sur 11 000 m2 de terrain, pour un investissement d’1,2 million d’euros dont une subvention du département de 30 000 € pour le classement trois étoiles de l’hôtel et de 35 000 € de la Région pour l’écolabel. Structure en bois, double vitrage, panneaux solaires pour l’eau chaude, piscine non chauffée, un service à l’assiette au petit-déjeuner pour éviter le gaspillage, l’hôtel répond à une soixante de critères obligatoires pour obtenir la certification. La plupart des travaux ont été réalisés par des artisans locaux. Les 600 habitants du village ont également manifesté leur soutien en venant aider le couple à planter quelque 3 000 arbustes. Preuve que la greffe a bien pris.

55 % de remplissage

L’hôtel affiche un taux de remplissage de 55 % qui correspond à la moyenne des hôtels de la région mais s’avère supérieur à celle des établissements 
de l’intérieur des Landes (43 %). Le prix de la chambre double oscille entre 89 € et 110 €, petit-déjeuner inclus. Le restaurant, ouvert en 2014 dans un ancien relais de poste, réalise entre 200 000 et 250 000 € de chiffre d’affaires annuel, avec un ticket moyen de 35 €. 

Un label européen

Créé en 2003, l’Écolabel européen services d’hébergement touristique certifie les établissements qui s’engagent à réduire leur consommation d’énergie 
et d’eau, à diminuer leur volume de déchets, à utiliser des sources d’énergie renouvelables et des matériaux moins nocifs, ainsi qu’à éduquer leurs clients 
en matière d’environnement. 
www.ecolabels.fr

Vous aimerez aussi...